Archives pour la catégorie Francophonie

noms-de-domaines-choisir-extension

Choisir son nom de domaine

Désormais principal support de communication, le nom de domaine est communiqué sur vos différents supports, qu’ils soient imprimés ou électroniques, mais également lors de votre communication verbale : radio, bouche à oreille, ou tout simplement téléphone.

Les critères minimums

Semblable aux critères de choix d’un nom de marque, facile à :

  • lire : pas trop long, attention aux consonnes redondantes, aux tirets (voir ci-après)
  • entendre / communiquer : faites un test radiophonique (Traiteurs [pluriel] [tiret] de [tiret] mariage [tiret] annecy [point] fr ) ou téléphonique (n comme nathalie ou m comme mikaël ?)
  • mémoriser : l’ordre alphabétique et les artifices tels que abc 123 e- i- kel- 2- peuvent être un critère pour le nom de votre activité et repris dans le nom de domaine, mais rarement l’inverse !
  • saisir :  attention aux erreurs de frappes (trafic.fr ou traffic.fr ) et aux pluriels !

Vous pouvez utiliser les extensions génériques :
Par ex :
tourisme.fr évoquera la France
Tourisme.eu évoquera l’Europe
tourisme.paris évoquera Paris
Tourisme.bzh évoquera la Bretagne

Valorisation des termes anglophones sur extension gTld :
France.travel

sauf exceptions, votre premier choix se fera dans gTld et ccTld (.com) : mais qui connait connaît le .website ?

Les critères techniques

La longueur

Si 67 lettres sont autorisées, attention à ne pas en abuser, car la longueur du nom de domaine a également un impact sur les adresses email !

Quel est le plus simple à retenir ?

  • fred@epnb.fr
  • fred@yellow-agence-internet-geneve.com

Les accents

Les accents sont autorisés dans les noms de domaines mais leur utilisation n’est encore que marginale.

Attention aux caractères disponibles au clavier : par l’exemple l’œ est autorisé, mais encore difficile à saisir au clavier :
– coeur.fr     ou       cœur.fr  ?

Avec ou sans tiret ?

  • oui si besoin, mais de préférence sans
  • peut éviter la juxtaposition de lettres identiques dans des mots successifs decibellausanne.ch
  • on se limitera à un seul tiret
  • une exception : le trait d’union lorsqu’il fait parti d’un mot doit être conservé : vingt-cinq.ch

Le taux de pénétration des extensions

Préférez un nom de domaine qui soit le plus cohérent avec le lieu d’exercice de votre entreprise, en tenant compte des particularités locales :

  • En France .com ≥ .fr   argent.com ≥ argent.fr
  • En belgique .be > .fr > .com
  • En Allemagne .de > .com    geld.de > geld.com
  • En Suisse .ch > .fr > .com

Si vous adressez la francophonie en général, le .fr est adapté. Si vous adressez un pays dont l’extension tld n’est pas répandue au sein même du pays, le .com peut être un bon compromis.

Les critères liés à la concurrence

Engorgement

Il devient difficile de trouver un nom de domaine : c’est principalement vrai pour les 2, 3 et 4 lettres en .com mais désormais également en .fr

Si le nom d’une marque est protégé dans un certain nombre de classes (par exemple la marque de crème dessert Mont-Blanc et les stylos Mont-Blanc), le nom de domaine lui est recherché souvent dans les moteurs de recherche et l’unicité doit aller au delà de la marque : il faut souvent un nom unique, à minima dans un secteur géographique voire dans un pays.
Par exemple :

  • cuisine.fr existe, ne pas prendre cuisine.com
  • ne pas retenir un domaine si un domaine existant est proche (3suisses => 3france.fr => france3.fr => m3france.fr)

Mots clefs dans le domaine

Vous pouvez utiliser des mots clefs dans un nom de domaine, mais attention à ne pas être trop générique. Vous pouvez être pénalisé par les moteurs de recherche ou vous attirer la foudre de votre concurrence : le nom retenu doit être typiquement celui de votre enseigne sinon de votre entreprise.

Conclusion

Les critères techniques deviendront progressivement désuets, les caractères spéciaux et accents pourront être utilisés : la saisie clavier va se raréfier et les stopwords (par ex : d’ dans « apporteur d’affaires ») ne seront plus problématiques et seront pris en compte par les moteurs de recherche.

Un compromis sera toujours nécessaire pour choisir au mieux, car le parc de domaine existant est toujours en explosion.

Etude de cas : giroagencement.fr

L’entreprise Giro Agencement réalise des aménagements d’espaces intérieurs et est basée en France, elle intervient à l’international.

Le nom giro est court et largement répandu, plusieurs marques portent ce nom, c’est un terme donc relativement difficile à référencer, il est également peu évocateur. La juxtaposition du terme « agencement » décrit bien l’activité de l’entreprise.

L’utilisation du tiret n’était pas requise : le o et le a se juxtaposant bien, mieux que ça, ils s’agencent bien : indispensable pour l’image de l’entreprise dont s’est l’activité principale.

Dans les faits, le nom commercial de l’entreprise : giro agencement, a précédé le choix du nom de domaine, et le choix du domaine a pu se faire tout naturellement à partir du premier.

social-networks

De l’impact du nombre de fans sur les réseaux sociaux

Notoriété auprès des visiteurs

Si les commandes par internet sont entrées dans les mœurs, et bien que les tranches les plus âgées de la population y aient moins recours, les commandes passées sur des sites internet jusqu’alors inconnus mais découvert lors d’une recherche donnent souvent lieu à des vérifications simples par l’acheteur, vérifications d’autant plus poussées que le montant de l’achat est important :

  • ancienneté de l’entreprise
  • immatriculation auprès de l’état
  • existence ou absence d’une communauté d’acheteur sur les réseaux sociaux : votre nombre de fans sur Facebook ou votre page LinkedIn entrent en jeu ici. Une entreprise se prévalant d’une centaine de commande par jour mais n’affichant que 40 fans sur Facebook ne sera pas crédible.
  • entreprise toujours en activité : votre activité sur les réseaux sociaux et des Likes sur vos publications entrent en jeu ici : plus vous aurez d’activité récente, incluant de nouveaux likes, plus vous serez « vivant » sur l’Internet.

Visibilité de vos publications

Plus vous aurez de fans, et plus mécaniquement vos publications seront relayées sur Internet, que ces fans soient actifs ou non, par le simple fait de publier sur votre mur ou sur celui de vos fans, les amis de vos amis y auront accès, le nombre de fans a donc un impact direct sur le trafic en provenance des réseaux sociaux, et ce quelque soit l’origine de ces fans (commerciaux ou authentiques).

Impact sur les moteurs de recherche

Si l’impact d’un nombre de fans n’est pas établi, en revanche le simple affichage et trafic d’information en relation avec les réseaux sociaux compte. Les liens externes pointant vers un site internet sont comptabilisés et la répartition des pourcentages de représentativité selon la typologie des sites référents a un impact sur votre positionnement. La mesure du volume de trafic en provenance des réseaux sociaux et des sollicitations des réseaux sociaux qui interagissent avec votre site internet pour choisir par exemple les photos à relayer sur Facebook, sont des indicateurs précieux pour Google (et les autres moteurs de recherche) qui peuvent ainsi établir un mix.

L’achat de Likes

Pour Google, officiellement toute manœuvre visant à augmenter artificiellement un facteur, en d’autres termes tricher, est pénalisant… concernant le fait d’acheter des likes ou de fan il ne s’agit ni plus ni moins que de distribution de flyers lorsque les fans sont authentiques. Les méthodes de publicité s’adaptent au support internet, et là encore, c’est l’entreprise qui dispose du plus de moyens qui tirent le mieux sont épingle du jeu. Dans le cas de fans Facebook, si ceux-ci sont authentiques et consentants, la mécanique du réseau social sera en votre faveur. Évitez toutefois l’achat de fans à bas prix dans des pays étranger ou ne parlant pas votre langue : l’affichage de trop nombreux fans avec des noms écrit dans un autre alphabet que le votre jouera en votre défaveur.